Je m'appelle

Je m'appelle
photo Vincent Muteau

mardi 31 mai 2016






La compagnie Garniouze Inc. défend les mots des auteurs dans et pour l'espace publique.
la Compagnie se pose comme un vecteur entre les textes et le public, où l’acteur est un conducteur, un transmetteur, un simple interprète qui porte et inter-agit avec les pensées d’auteurs.
Deux textes ont ainsi été mis en scène pour l'espace public par Christophe Lafargue , dit Garniouze: "Les soliloques du pauvre" de Jehan Rictus  avec le spectacle
RICTUS et "Je m'appelle" d'Enzo Cormann avec le spectacle éponyme. Il en est aussi l’interprète poignant.







Photo Vincent Muteau / Graphisme Rital


« Je m’appelle » retrace la lancinante cohorte des victimes d’un siècle de guerre économique mondiale. De Rodez à Saïda, de Pointe-a-Pitre à Séville, des typographes, mineurs, caristes, employés saisonniers se succèdent dans une série d’histoires d’œuvriers, portées par un auto-entrepreneur du bitume, sur un texte d’Enzo Cormann.
« Quels abîmes de silence les tonitruantes parades de cette fin de XXème siècle, travestissement «kitch» de l’Histoire, s’acharnent-elle à emmurer ? »



 
Graphisme Rital


Greffé à une armoire de bureau qu’il pousse tel un Sisyphe moderne, un homme en errance s’enfonce dans les abysses des villes. Acide, il pose un ultime et lucide regard sur la tournure du monde. Un acteur et un musicien donnent à entendre une interprétation modernisée des « Soliloques du pauvre » de Jehan Rictus, poète social du XIX°siècle.